ma santé au quotidien

L'alimentation

Les bactéries de la cavité buccale utilisent les glucides (les sucres) contenus dans les aliments pour synthétiser :

  • soit des acides qui attaquent directement l'émail des dents,
  • soit des toxines qui favorisent l'apparition de pathologies gingivales.

En plus des attaques acides bactériennes, les dents sont également soumises aux attaques acides "alimentaires". En effet, toute prise alimentaire induit une augmentation de l'acidité en bouche et il faudra plusieurs heures avant un retour à la neutralité, si l'on ne se brosse pas les dents immédiatement après la prise alimentaire. C'est la raison pour laquelle le grignotage doit être évité pour préserver votre santé bucco-dentaire. En outre, il faut savoir que certains aliments sont particulièrement acides comme le vinaigre, les sodas, les agrumes...

Presque tous les aliments contiennent des glucides. Attention, les aliments riches en glucides n'ont pas forcément le goût sucré ! Les pommes de terre, les pâtes, le riz, les céréales, les farines, les biscuits salés... sont riches en glucides.

La plupart des aliments sont donc cariogènes, c'est-à-dire qu'ils participent directement ou indirectement à la formation de la carie. Cependant, il existe aussi des aliments "protecteurs" tels que les produits laitiers, les fromages.

En conclusion, voici quelques conseils à retenir

  1. Mangez de tout en limitant les produits très sucrés ;
  2. Pas plus de cinq prises alimentaires par jour : trois repas et deux collations. C'est le rythme idéal pour notre équilibre buccal (attention aux cafés, thés et infusions pris au cours de la journée : ils sont considérés comme autant de prises alimentaires). Stop au grignotage !
  3. Essayez de finir vos repas par le fromage qui est un aliment "protecteur" ;
  4. Buvez de l'eau à volonté ! L'eau est le seul aliment qui n'est pas cariogène. Buvez de l'eau pour vous désaltérer entre les repas (vous pouvez boire un soda de temps en temps, mais avec une paille pour éviter que les dents entrent directement en contact avec cette boisson très acide).
  5. Éliminez la plaque dentaire, si possible après chaque repas. En cas d'impossibilité, rincez vous bien les dents avec de l'eau et éventuellement mastiquez un chewing-gum sans sucre. Ceci favorise la neutralisation des attaques acides... mais n'élimine pas la plaque dentaire.

La plaque dentaire

La plaque dentaire est une pellicule blanche ou jaunâtre qui se forme à la surface des dents. Elle est constitué de protéines salivaires et de bactéries buccales.
Si la plaque dentaire n'est pas éliminée quotidiennement par le brossage, elle s'accumule, se minéralise et devient du tartre. Seul un détartrage pratiqué par votre chirurgien-dentiste permettra alors de l'éliminer.

Il est important d'éviter l'accumulation de la plaque dentaire avant qu'elle ne se transforme en tartre. En effet, les patients qui ont beaucoup de tartre sont sujets à plus de problèmes dentaires, maladies des gencives et à une mauvaise haleine.

Enfin, il faut savoir que nous ne sommes pas tous égaux face à ce problème. Certaines personnes dont l' hygiène bucco-dentaire est très insuffisante fabriquent peu de plaque dentaire et n'ont pas de tartre. A l'inverse, un certain nombre de patients présentant une hygiène bucco-dentaire normale, ont une plaque dentaire importante.

Comment éliminer la plaque dentaire ?

Seule une hygiène bucco-dentaire rigoureuse et quotidienne permettra d'éviter l'accumulation de plaque dentaire. Les compléments du brossage sont importants pour maintenir une bonne hygiène bucco-dentaire.

Les révélateurs de plaque

Après le brossage, vous pouvez utiliser un révélateur de plaque. Ce dernier colore la plaque et permet de la visualiser. Vous pourrez ainsi vous assurer que vous avez nettoyé toutes les surfaces visibles de vos dents !

La brosse à dents

La brosse à dents peut être manuelle ou électrique mais elle doit être à brins souples pour ne pas entraîner de récession gingivale.
Le brossage doit être effectué de préférence après chaque repas, au minimum matin et soir. Pour être efficace, il doit durer environ 3 minutes.
N'attendez pas que les brins de la brosse ou de la tête de la brosse électrique soient très détériorées pour la changer ! Pensez à la remplacer tous les 3 mois environ.

Le fluor

Le fluor protège l'émail des dents en empêchant les attaques acides et favorise la reminéralisation des lésions carieuses de l'émail.

L'AFSSAPS (Agence Française de Sécurité SAnitaire des Produits de Santé) recommande l'utilisation d'un dentifrice fluoré dès l'apparition des premières dents de lait (voir rubrique L'enfant) :
- de 6 mois à 3 ans, le dentifrice devra être faiblement dosé en fluor (de 250 à 500 ppm, soit 25 à 50 mg de fluorures pour 100 grammes de pâte) ;

- à partir de 3 ans, il est recommandé d'utiliser un dentifrice à 500 ppm ;

- à partir de 6 ans, un dentifrice familial comportant 1000 à 1500 ppm de fluor doit être utilisé ;
- les patients à fort risque carieux pourront utiliser un dentifrice supérieur à 1 500 ppm, mais ce dernier n'est vendu qu'en pharmacie.

Le fil dentaire

Le fil dentaire est un complément de la brosse à dents.

Il convient de l'utiliser quotidiennement pour enlever la plaque dentaire entre les dents, puisque la brosse à dents ne peut nettoyer cette zone.

Il peut être ciré ou non ciré. Le fil ciré est plus facile à passer. Le fil non ciré est plus efficace.

En pratique, le fil dentaire se présente sous la forme d'une bobine dans une petite boîte. Il faut en prendre une longueur de trente centimètres environ. Les extrémités sont enroulées autour des index ; le guidage se fait avec les pouces. Le fil tendu est placé entre deux dents ; on effectue un mouvement de va et vient pour passer le point de contact des dents sans forcer (un mouvement trop brusque risquerait de faire saigner la gencive). Une fois que le fil a passé le point de contact, on le plaque contre la face d'une dent puis de l'autre, et on ressort. Il faut faire cela entre toutes les dents.

Les brossettes interdentaires

En cas de problèmes parodontaux ou de perte de dents, l'espace entre les dents est important. Dans ce cas, il faut remplacer le fil par une brossette interdentaire.
Cette dernière s'utilise selon un mouvement de va et vient dans l'espace inter-dentaire.

Il existe des brossettes de différentes tailles et formes. Votre praticien pourra vous conseiller dans le choix de la brossette qui vous sera la mieux adaptée.

L'hydropulseur ou jet dentaire

L'hydropulseur est un appareil électrique qui peut être utilisé en complément du brossage pour éliminer les débris alimentaires qui restent logés entre les dents. Le jet d'eau permet également de masser les gencives.

La visite de contrôle

"Mieux vaut prévenir que guérir."

"Il est plus facile de changer la toiture quand il fait beau que sous l'orage"

La visite de contrôle est un acte de prévention qui permet d'éviter les traitements compliqués et coûteux. En effet, elle permet de détecter les problèmes éventuels au début de leur apparition.

De quoi s'agit-il ?

Il s'agit pour le patient de consulter un chirurgien-dentiste alors qu'il ne présente aucun problème apparent ou douloureux.

Dans le cas d'une première consultation, le dentiste commencera par vous poser des questions permettant de connaître vos antécédants médicaux, votre état de santé, les traitements suivis, les allergies, vos différentes pathologies dentaires, etc. Puis, il procèdera à l'examen bucco-dentaire. Il vous donnera alors des conseils personnalisés afin de vous aider à conserver vos dents en bonne santé et à parfaire votre hygiène bucco-dentaire (quel dentifrice utiliser, quelle brosse à dents, quelles brossettes interdentaires, comment les utiliser, etc).

Quelle doit être la fréquence des visites de contrôle ?

Dès l'âge de 4/5 ans, une visite 1ère visite de contrôle est conseillée.

Le 1er bilan bucco-dentaire préconisé par l'assurance maladie est envoyé pour les 3 ans de votre enfant. Il est a réalisé sur l'année de ses 3 ans, mais c'est un peu jeune : l'enfant est moins coopératif et afin de lui laisser un meilleur 1er souvenir, il vaut mieux être le plus proche de ses 4 ans. 

Pour les RDV de suivi, c'est votre dentiste qui vous l'indiquera. Pour les patients à fort risque carieux ou parodontale et/ou qui produisent beaucoup de tartre, une visite annuelle est préconisée. Pour les patients à faible risque carieux ou parodontal et dont l'hygiène est exemplaire, une visite tous les 18 mois/ 2 ans voire 3 ans suffit.

 

 

Les sensibilités dentaires

La sensibilité dentaire est une douleur que l'on ressent au niveau d'une ou de plusieurs dents après avoir bu ou mangé quelque chose de froid, de chaud ou de sucré, ou même en respirant de l'air froid.

Causes

  • L'usure de l'émail : un brossage vigoureux avec une brosse à dents dure et un dentifrice à fort pouvoir abrasif peut user l'émail et causer des sensibilités dentaires, de même qu'une consommation excessive d'aliments acides (citron, vinaigre, sodas,etc).
  • Les récessions gingivales : une régression de la gencive, causée par une gingivite, une parodontite ou même un brossage intempestif, peut exposer la racine et rendre la dent sensible.
  • Les caries
  • Certaines pathologies, comme le bruxisme (grincement des dents), une fêlure ou une fracture de la dent peuvent exposer la dentine de la dent, ce qui la rend sensible.
  • Certains traitements dentaires peuvent causer une sensibilité temporaire : détartrage récent, blanchiment dentaire.

Prévention

  1. Optez pour une brosse à dents à brins souples et un dentifrice à faible pouvoir abrasif.
  2. Utilisez une technique de brossage adaptée, lente et douce.
  3. Diminuez la consommation d'aliments acides.
  4. Évitez le grincement des dents, portez une plaque occlusale, si besoin.
  5. N'oubliez pas d'effectuer des visites de contrôle, au moins une fois par an.

Traitement

Selon la cause, un traitement adapté des sensibilités dentaires pourra être mis en oeuvre par votre praticien, comme par exemple l'application d'un vernis fluoré qui permettra de couvrir l'usure de l'émail et les racines exposées.

Après avoir trouvé la cause de vos sensibilités dentaires, votre dentiste vous guidera pour éviter que d'autres dents ne deviennent sensibles à leur tour.

La mauvaise haleine

La mauvaise haleine, appelée aussi halitose, est un problème qui affecte non seulement la personne concernée mais aussi son entourage.

Causes et facteurs favorisants

La cause de la mauvaise haleine, dans 85 à 90% des cas, est la présence de bactéries dans la bouche. En effet, en dégradant les débris alimentaires, les cellules épithéliales et les composants de la salive, les bactéries buccales produisent des composés sulfurés volatils malodorants. On trouve ces bactéries en grande quantité sur la langue, et en particulier vers l'arrière de la langue. Certaines espèces bactériennes qui contribuent au développement des gingivites et des parodontites (maladies des gencives et du parodonte) libèrent également une odeur nauséabonde.

Dans 5 à 10% des cas, la mauvaise odeur ne s'échappe pas de la bouche mais du nez, notamment en cas de sinusite ou d'obstruction nasale chronique.

Dans 3 à 6% des cas, des amygdales infectées sont en cause.

Dans moins de 1% des cas, ce sont diverses maladies qui sont à incriminer : insuffisance hépatique, insuffisance rénale, diabète, malabsorption intestinale, gastrite, reflux, gastro-oesophagien, etc.

 

Certains facteurs peuvent favoriser la mauvaise haleine :

- une mauvaise hygiène bucco-dentaire à l'origine d'une accumulation de plaque dentaire ;

- une forte consommation de tabac, de café ou d'alcool ;

- une consommation d'aliments à forte odeur, comme l'ail, l'oignon, les anchois, le fromage, la charcuterie, etc ;

- l'excès de protéines dans l'alimentation (elles entraînent une augmentation de la production de composés sulfurés volatils malodorants).

Enfin, l'assèchement buccal est un facteur aggravant. Il peut être provoqué par :
-  l'absorption de certains médicaments comme les psychotropres, les antihistaminiques, les antihypertenseurs ;
- le jeûne ;
- la respiration buccale (au lieu de nasale) ;
- le tabagisme, l'alcoolisme ;
- une infection de la gorge, des amygdales ou des sinus ;
- le stress.

Traitement

Il s'agit tout d'abord de trouver la (les) cause(s) de la mauvaise haleine.

Votre chirurgien-dentiste peut vous aider en recherchant les étiologies directement liées à la cavité buccale, cause la plus fréquente d'halitose. Pour ce faire, il réalisera un examen clinique et radiographique dentaire et parodontal. Il pourra également vous orienter vers un médecin ORL ou un autre spécialiste pour des examens complémentaires. En effet, le plus souvent une approche pluridisciplinaire est nécessaire.

Si la mauvaise haleine est effectivement d'origine buccale, il faudra :

  • avoir une hygiène bucco-dentaire rigoureuse : se brosser les dents au moins deux fois par jour, passer le fil interdentaire et se brosser la langue avec la brosse à dents ou un grattoir à langue au moins une fois par jour. Ce nettoyage doit éliminer le plus complètement possible l'enduit blanchâtre que l'on rencontre souvent sur la face supérieure de la langue ;
  • traiter les gingivites et les parodontites éventuelles ;
  • éviter le tabac, le café et l'alcool ;
  • éviter les aliments qui favorisent une halitose transitoire : ail, oignon, l'excès de protéines ;
  • boire en quantité de l'eau ou des infusions de menthe, ceci dans le but de ne pas dessécher la bouche.

Des compléments médicamenteux ou naturels peuvent atténuer la mauvaise haleine.

  • La chlorhexidine

Elle permet de réduire la quantité de bactéries buccales. On l'utilise sous forme de bain de bouche à base de chlorhexidine pendant une à deux semaines.

  • Le triclosan

Il permet également de réduire la quantité de bactéries buccales et agit directement contre les composés sulfurés volatils. Il existe des dentifrices à base de triclosan.

  • Les plantes

- la menthe : mâchez des chewing-gums à la menthe ou sucez des bonbons sans sucre à la menthe ;
- la badiane (anis étoilé), à prendre en suçant directement le fruit de badiane.
- le fenouil et le persil : mâchez les graines de fenouil ou du persil frais pour purifier l'haleine.